28/05/2004

Il faut se rendre à l'évidence...

Bon, c’est clair, je suis amoureux...

 

Je ne vais pas faire ma Ninitje et laisser planer le doute, c’est toujours de I ! J

 

Retour sur une belle soirée...

 

Je suis donc passée la chercher à son bureau, puis détour direct vers Florian pour un thé. On a papoté, cherché le film de la soirée vu l’envie cinoche, regardé ses papiers pour son histoire de fuite dans la salle de bain (les joies de la co-propriété – heu, non merci, pas pour moi !!!)... Ils ont dû nous jeter dehors !

 

Ensuite, descente vers l’Arenberg, et on profite de l’avance pour aller se prendre un petit verre à la terrasse de la Chaloupe d’Or, façon vrais touristes... Puis, un Durum ! Enfin, retour à la galerie pour aller voir « Viva Laldjerie ». Excellent film !

 

Enfin, comme il est tard et qu’elle doit partir très tôt le lendemain, gros câlins et au revoir, chacun chez soi... Le tout avec grands sourires, complicité, plein d’amour, quoi...

 

C’est en m’arrêtant à un feu à côté d’elle que je me suis rendu compte qu’elle était en larmes... Quand elle a enfin accepté de se ranger sur le bas-côté, j’ai enfin pu la prendre dans mes bras. Pas de raison particulière à ces larmes, juste un trop plein d’émotions, entre le week-end, le film, et le constat si difficile qu’on est heureux ensemble.

 

Difficile ? Ben oui. Parce que sinon, tout serait simple. Mais là, on craque tous les deux. Et on replonge sans espoir de rémission.

 

Bref, elle s’est abandonnée dans mes bras, m’a demandé de venir dormir avec elle. Ce que nous avons fait. Mais bien plus tard...

 

Et pourtant, je ne suis pas fatigué aujourd’hui. Drôle, non ? J

 

PS : Mon p’tit bout de p’tite soeur est de retour. C’est fa-bu-leux, non ?

PS2 : Journée adhérent à la FNAC. Sous prétexte de gagner quelques pourcents, je vais encore dépenser une fortune. C’est une catastrophe !!! J


12:22 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/05/2004

Mon ange...

Petit lunch impromptu avec I.

 

Très souriants, de nouveau complices, proches. Petite salade au pain quotidien de l’avenue Lepoutre.

 

Puis quelques larmes qui s’échappent de son regard. La peine de ce week-end qui affleure, qui sourd dans ses yeux.

 

On s’est manqué. Tellement. Calins, tendresse. On se revoit ce soir. Sans doute au cinéma.

 

Et en ce début d’après-midi, elle me forwarde un mail qui, me dit-elle, lui rappelle ce que je lui dit :

 

"Si jamais tu te questionnais et que

 

tu te demandais si je pense à toi

La réponse est toujours!!!

 

tu pensais qu'un jour je vais te laisser tomber

La réponse est jamais de la vie!!

 

tu te demandes qu'est-ce qui m'importe

La réponse est toi

 

tu te demandes si je t'aime

La réponse est bien sûre

Tu es mon sourire, ma perle rare, mon ange"

 

Et c’est vrai, que je pense toujours à elle !


17:26 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

26/05/2004

Petite mise à jour...

Alors, déjouant mes pronostics pessimistes, je suis bien arrivé chez elle vers minuit. En fait, I est passée chez moi lundi prendre ses affaires. Ca m’a fait un choc de la voir avec le pyjama que je lui ai offert à Noël, qu’elle n’utilise que chez moi...

 

Bref, elle m’a parlé de son chagrin de ce week-end gâché, qu’elle a attendu mon appel tout le week-end, à s’en rendre malade. Je la crois...

 

Elle ne veut plus continuer comme ça. Je ne peux que lui donner raison. On a parlé. Longtemps. Je lui ai dit et répété que je ne voulais pas baisser les bras. Qu’elle ne se débarrasserait pas de moi comme ça. Puis, j’ai dormi chez elle. Avec elle.

 

Alors... Où en sommes nous ? Ben on n’est officiellement plus ensemble. Ce qui nous a permis d’être heureux et complices ce matin. A m’en mettre en retard pour le boulot... J

 

L’avenir ? Qui sait. Je prends les choses comme elles viennent. Je l’aime. Je m’accroche. On n’est plus trop sûrs d’être faits pour vivre ensemble. Mais bon, est-on vraiment faits, l’un et l’autre, pour vivre « à deux » ? Rien n’est moins sûr...

 

Je me surprends à sourire vraiment, ce matin. Je l’ai retrouvée légère, libérée. Folle et chiante, comme elle m’a séduit, et comme je l’aime...

 

Alors, on recommence à flirter, à s’esquiver, à jouer. Ca peut être délicieux... Que sera sera... La bonne nouvelle c’est que ça me fera du matériel à raconter, comme au bon vieux temps ! J

 

Mon coeur, quand tu liras ceci, dis toi juste que je garde une seule chose en mémoire. Je suis heureux comme jamais quand je suis heureux avec toi.


11:59 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/05/2004

La suite...

... de mes pathétiques tribulations. Après être passé 3 fois pour rien chez I. , j'ai enfin une réponse au parlophone. Mais pas de bol, elle a du monde ce soir... Bref, elle me retéléphone tout à l'heure pour que je repasse. Pronostic perso, légèrement pessimiste mais j'ai bien peur de ne pas me tromper de beaucoup, je prévois un SMS vers minuit "Ils viennent de partir, trop crevé, je te sonne demain". C'est pas sûr... mais je le sens bien venir... on verra ! :-(

22:47 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Toujours rien...

Et impossible de me concentrer sur mon boulot... Surtout après avoir dormi 3 heures cette nuit...
 
Et ce téléphone qui ne sonne pas.
 
Je vais encore essayer de passer chez elle... Même si elle n'y sera sans doute pas...

17:18 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Here comes the sun...

Non mais vous avez vu ce soleil ? Mais qu'est-ce qu'on fait dans ce foutu bureau, coincé comme des imbéciles. Bon, je lance un préavis de grève pour toute la durée du ciel bleu et de Rolland Garros. Et de l'Euro... Et des JO... Et de Wimbledon... Et du Tour... Tant qu'on y est... :-)

09:50 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

2 petits trucs...

En premier lieu, comme j'écris de la casa, donc sur mac, pas moyen de mettre en page mon txte... Ce sera réglé demain...Ensuite : il faut ABSOLUMENT voter pour valou !!!! Allez ! Plus vite ! ;-)

00:11 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |