26/07/2004

Carnet de lecture

Attention chef d’oeuvre...

 

Terminé ce week-end : Middlesex de Jeffrey Eugenides... Gardons nos bonnes habitudes, critique en trois actes...

 

L’histoire... Foisonnante, multiple, complexe, bâtie comme une suite permanente de flash-back, de sauts temporels, géographiques et mentaux, elle déroute. Si on replace tout en un simple continuum, cela donne à peu près ceci :

Un frère et une soeur, dans les années 20, fuient les territoires aujourd’hui turcs occupés par la Grèce. Ils vivent à Smyrne quand la ville est reconquise par les troupes de Atatürk. La ville brûle, leur avenir aussi. Une seule porte de sortie : la fuite. Ce sera l’Amérique, et son florilège de chimères. Ah oui, ce sera aussi l’occasion rêvée pour cacher à tous un léger détails : ils sont frère et soeur. Et mariés... On ne choisit pas toujours les élans du coeur...

Deuxième acte. L’amérique d’avant guerre... Détroit, sous l’impulsion de Henry Ford, devient la capitale mondiale de l’automobile. La prohibition, les conflits raciaux qui germent, encore latents... Et la naissance de Milton, fils du couple incestueux. Qui, bien entendu, tombe amoureux de sa cousine Tessie.

Troisième acte, la naissance des enfants de Milton et Tessie. En premier lieu, Chapitre onze (le « Chapter eleven » est la disposition légale qui accompagne la mise en faillite des entreprises aux USA. Il réduira en miettes la société fondée par son père en 4 ans, ce qui lui vaudra ce surnom éternel...), puis Calliope, une petite fille adorable, portant fièrement ses yeux de déesse, son prénom de muse, et, mais sans le savoir, une déficience chromosomique...

 

Car Calliope est un garçon. Même si le docteur Phil, lui aussi rescapé de Smyrne, et plus si jeune dans les années 70, n’a pas bien vu...

 

Et l’enfance passe, comme celle d’une fille tout à fait normale. Puis survient l’adolescence, et l’attente toujours déçue des premières règles, des changements que Calliope observe chez toutes les filles qui l’entourent. Puis, il y a le choc amoureux, pour une fille bien entendu... Puis l’autre choc, celui de la découverte, un peu par accident, qu’elle présente une réelle différence avec « la normalité »...

 

Ce livre, gigantesque fresque familiale, déroule donc les affres génétiques des amours consanguins. Présenté comme l’autobiographie familiale de Cal (un prénom de muse, quand on mesure 1m 80, de la barbe et des épaules trop larges, ça fait désordre... Vaut mieux raccourcir tout cela...), il part, de flash-back en flash-back dans toutes les directions. Et pourtant, on sent une réelle unité dans la construction de ce récit, une structure qui guide la lecture vers une compréhension toute en nuance de la psychologie de l’hermaphrodite... Et c’est là que Jeffrey Eugenides réalise un tour de force assez remarquable. Se placer dans la peau de son narrateur et réussir à nous faire suivre l’évolution de sa construction mentale. Il y a d’ailleurs des passages charnières où Cal ne parle plus de Calliope à la première personne, mais à la troisième, comme pour symboliser la distance entre cet homme de 40 ans et la petite fille de 14 ans qui se découvre « autre »...

 

Roman initiatique, roman familial (et où la prédominance de l’histoire cachée d’une famille sur ses enfants éclate avec fracas – ça nous rappelle un autre sujet de discussion récent, non ?), roman historique, Middlesex, c’est tout cela à la fois. C’est surtout un formidable voyage tout en nuances dans l’esprit d’un personnage pas comme les autres. C’est aussi l’exploration de la face cachée que nous avons tous.

 

Assez étonnamment, j’avais envie de lire ce livre depuis sa sortie, saluée par la critique... mais j’avais été très déçu de « Virgin suicide »... ici, pas de déception. A conseiller, sans réserve...

 

PS : Je reste en stand-by... Merci pour vos commentaires, pour vos visites... Je continue de vous lire... A bientôt !


10:46 Écrit par M | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Ooooh.. ... mais te voilà presque revenu :-)
Encore une belle critique littéraire qui me donne envie d'acheter ce livre. Mon budget Fnac va finir par exploser à cause de toi ;-) Et en effet, ça nous rappelle un sujet de discussion récent... auquel je continue de m'atteler.
A bientôt.

Écrit par : Noephix | 26/07/2004

just pour te ......dire .....Un grand merci pour ta présence sur mon blog ...et pour tes sourires ;-))))
bizzzzzz

Écrit par : bio | 26/07/2004

Hello Je pense parcourir ton blog pour la première fois (et pas la dernière lol). Et j'ai bien aimé ta critique du livre, ça donne envie de le lire même si l'histoire a l'air un peu tirée par les cheveux. Bon vent!

Écrit par : Fab | 26/07/2004

merci .......;-)) ...Vais faire attention .......;-)

gros bizzzzzz

Écrit par : bio | 27/07/2004

Il a l'air bien ... Ce bouqin, je ne connais pas du tout, je vais me renseigner...

Écrit par : Neige | 28/07/2004

ahaaaaaaahhhhh c'est mon livre de nuit en ce moment...brillant

Écrit par : fun. | 29/07/2004

Les commentaires sont fermés.